A Paris, les taxis en grève bloquent le périphérique ouest et Roissy

A Paris, les taxis en grève bloquent le périphérique ouest et Roissy

Ils sont attendus par milliers. Trois terminaux de Roissy, le périphérique dans les deux sens à l’ouest de la capitale, entre les portes Dauphine et Champerret, l’accès à l’aéroport d’Orly, mais aussi le quartier de la porte Maillot et celui de Denfert Rochereau : les lieux déjà bloqués par les taxis en colère sont nombreux à Paris, jeudi 25 juin au matin. Vers 7 h, des CRS ont tenté d’intervenir pour lever les barrages mis en place sur le périphérique ouest.

Des milliers de véhicules doivent converger ce matin sur les aéroports mais aussi les gares, à Paris et dans toute la France– Nice, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Lyon et Lille – pour dénoncer la « concurrence sauvage » de l’application mobile UberPOP.

Bison futé conseille aux automobilistes d’’éviter les abords des aéroports d’Orly et de Roissy Charles-de-Gaulle, ainsi que le réseau autoroutier limitrophe (A1 et A6). Il préconise en outre de contourner les abords des gares de Lyon (12e), du Nord (10e) et de Montparnasse (15e), ainsi que l’ouest (porte Maillot) et le sud (place Denfert-Rochereau) de la capitale.

« Précarisation »

Les taxis, qui dénoncent « la précarisation des chauffeurs » et répondent à l’appel de l’ensemble des syndicats, exigent l’arrêt du service UberPOP et l’application des lois réprimant les taxis clandestins. Depuis plusieurs mois, le groupe américain des voitures de transport avec chauffeur (VTC) Uber s’est engagé dans un bras de fer avec l’Etat, autour de son application mobile UberPOP, un service à prix cassés qui met en relation des passagers et des conducteurs non professionnels qui assurent le transport avec leurs propres véhicules (…)
 Lire la suite lemonde.fr