Au Liban, l’école de l’espoir pour les petits Syriens

Au Liban, l’école de l’espoir pour les petits Syriens

Au milieu d’un camp misérable dans l’est du Liban, un tableau vert et des casiers multicolores ont été installés sous une tente pour offrir l’apparence d’une école normale à de petits réfugiés syriens.
Située dans la région pittoresque de Qaraoun, cette école de fortune fait partie des 47 centres éducatifs supervisés par l’ONG International Rescue Comittee (IRC) au Liban, où se sont réfugiés 1,1 million de Syriens ayant fui la guerre.
Farouq Salkhadi, 11 ans, rêve de devenir médecin et est ravi d’apprendre l’anglais, une des trois matières enseignées avec les mathématiques et l’arabe.
Ce garçon au teint clair et aux yeux gris verts a fui avec sa famille la localité de Jassem, dans la province méridionale de Deraa, après un bombardement qui a endommagé leur maison.
“Depuis un an, j’étais sans école. Mes parents n’avaient pas les moyens de payer la scolarité au Liban pour moi et mes trois s?urs”, confie à l’AFP le garçon.
Farouq fait partie des 5.000 chanceux qui fréquentent les écoles de l’IRC au Liban. Chanceux, car sur les 470.000 enfants en âge d’être scolarisés, près de la moitié ne le sont pas, selon le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR).
“Ce projet vise à éviter qu’une génération d’enfants syriens ne soit perdue”, explique le coordinateur du programme Jeffrey Dow. “Sinon l’alternative, pour ces enfants, c’est de rester oisifs ou de travailler dans les champs”.
Chaque jour, la tente blanche de 72 m2 accueille 90 élèves, 60 en matinée et 30 dans l’après-midi…
AFP