Bahreïn: détention d’un militant des droits de l’Homme, prolongée de deux semaines

Bahreïn: détention d’un militant des droits de l’Homme, prolongée de deux semaines

La justice bahreïnie a prolongé lundi de deux autres semaines la détention du défenseur des droits de l’Homme, Nabil Rajab, arrêté le 2 avril pour avoir publié sur les réseaux sociaux des nouvelles sur la participation de Bahreïn à la coalition arabe qui mène une opération militaire contre les rebelles chiites au Yémen. La justice lui reproche d’avoir mis en ligne “un montage de photos d’enfants tués en Syrie en les présentant comme des enfants yéménites tués” par les raids de la coalition arabe.

Selon ses proches, M. Rajab a été arrêté pour des tweets dénonçant des actes de torture dans la prison de Jaw où sont détenus des militants chiites. Il avait déclaré dans une vidéo sur YouTube être victime d’une “tentative des autorités de le priver de son droit à s’exprimer librement”.

Bahreïn est secoué par des troubles depuis la répression en 2011 d’un mouvement de contestation, animé par la majorité chiite qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle dans ce petit pays du golfe persique, dirigé par une dynastie sunnite.

M. Rajab était l’un des animateurs de ce mouvement. Directeur du Centre bahreïni pour les droits de l’Homme, il avait été libéré en mai 2014 après deux ans d’emprisonnement pour avoir participé à des manifestations non autorisées.