Bahreïn: répression des manifestants par la police à Manama

Bahreïn: répression des manifestants par la police à Manama

Des heurts ont opposé jeudi à Bahreïn, pour la cinquième soirée consécutive, la police à des manifestants qui réclament la libération du chef de l’opposition chiite dans ce royaume du Golfe Persique, ont rapporté des témoins. La police bahreïni a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires, et il y a eu des blessés et des arrestations.

“L’Observatoire de Bahreïn pour les droits de l’Homme” a indiqué dans un communiqué que les heurts ont éclaté à la sortie des fidèles de la mosquée après une prière de solidarité avec cheikh Ali Salmane, chef d’Al-Wefaq, principal groupe de l’opposition chiite.

“Des dizaines de personnes (….), dont des femmes et des enfants, ont été interpellées” par les forces de sécurité qui ont fait usage de gaz lacrymogène et de matraques contre les protestataires, selon le communiqué.

Cheikh Salmane, 49 ans, a été arrêté dimanche dernier à Manama. Il est accusé d’appel à la haine et à la violence dans ce royaume à majorité chiite dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa.