Ces femmes sur lesquelles s’appuie secrètement le groupe terroriste de Daesh (EI) pour se développer

Ces femmes sur lesquelles s’appuie secrètement le groupe terroriste de Daesh (EI) pour se développer

Umm Sayyaf, veuve du haut dirigeant de Daesh (EI) Abou Sayyaf, a été capturée par les troupes américaines après le raid de mai. Aux mains de l’armée américaine, elle s’est exprimée sur la façon dont l’EI s’appuie sur des réseaux de femmes pour fonctionner.

Atlantico : En mai, les forces américaines ont capturé  Umm Sayyaf, présentée comme l’épouse d’un haut gradé de l’Etat islamique. La jeune femme  s’est livrée et détaille tout une partie de l’action des femmes au sein de l’EI. Quel est le rôle de celle-ci dans le combat mené par l’Etat islamique?

Alain Rodier : Sans vouloir dévaluer en rien l’opération commando menée par nos amis américains en Syrie, je pense que l’objectif n’était pas de capturer “Abou Sayyaf” mais un cadre de beaucoup plus haut niveau que lui. En effet, ce dernier ne figurait même pas dans les effectifs déclarés de la choura, l’organe de commandement de l’Etat Islamique (EI) . Certes des activistes de Daech ont été neutralisés lors de cette opération et les commandos US sont rentrés sains et saufs à bon port ce qui constitue un très brillant succès qui rejoint ceux remportés régulièrement par les forces spéciales françaises au Sahel mais l’ “importance” d’Abou Sayyaf -et donc de son épouse- me semble avoir été surévaluée dans un but de communication. Il fallait bien justifier le déclenchement de cette opération à hauts risques. Les informations transmises suite à l’interrogatoire de Umm Sayyaf me paraissent donc sujettes à caution (…)

lire la suite sur Atlantico