Crise humanitaire au Yémen, cri d’alarme des organisations de défenses des droits de l’homme pour les civils

Crise humanitaire au Yémen, cri d’alarme des organisations de défenses des droits de l’homme pour les civils

Le conflit au Yémen a fait depuis l’agression saoudienne près de 4.400 morts et des milliers de blessés, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Aujourd’hui 21 millions de personnes ont besoin d’aide ou de protection et 1,3 million de Yéménites ont été déplacés.

Au retour d’une visite de trois jours au Yémen, le président de la Croix Rouge internationale a estimé dans un communiqué que la situation au Yémen “empirait de jour en jour”. “Cela ne peut durer. Le Yémen s’effondre”, a dit Peter Maurer en appelant “à faciliter l’acheminement de la nourriture, des médicaments et de l’eau à la population”.

Le rapporteur de l’ONU sur le droit à la nourriture a quant à lui lancé un cri d’alarme sur l’aggravation rapide du niveau de malnutrition au Yémen.
“La situation concernant les enfants est particulièrement alarmante, des rapports indiquent que 850.000 souffrent de malnutrition sévère, un chiffre qui peut atteindre 1,2 million dans les prochaines semaines si le conflit persiste au niveau actuel”, a indiqué Hilal Elver.

L’OMS s’est inquiétée pour sa part de l’état des centres de santé, en indiquant que 23% de ces établissements avaient cessé de fonctionner ou fonctionnent partiellement.

Pendant sa visite à Sanaa, Stephen O’Brien, adjoint du secrétaire général de l’ONU pour les affaires humanitaires, a plaidé pour une solution négociée du conflit, seul moyen, selon lui, de surmonter la crise humanitaire.

Situations des réfugiés
Plus de 20.000 Somaliens qui avaient fui au Yémen la guerre civile dans leur pays ont fait le chemin inverse depuis mars pour échapper à la guerre.

Ces Somaliens, tentent de traverser le golfe d’Aden par bateau pour gagner les régions somaliennes semi-autonomes du Puntland et du Somaliland (nord-est).

Selon le Bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), “depuis mars 2015, près de 29.000 personnes sont arrivées en Somalie depuis le Yémen. 90% d’entre elles sont des Somaliens et nous en attendons d’autres dans les mois qui viennent’.

“L’arrivée de nouvelles personnes fuyant le conflit au Yémen est une charge supplémentaire pour des services de base déjà limités”, a averti Ocha, précisant que les nouveaux arrivants avaient reçu de l’aide alimentaire et des biens de première nécessité.

Plus de 1,1 million d’habitants sont d’ores et déjà déplacés en Somalie et trois millions nécessitent une aide humanitaire, notamment dans le sud du pays où les islamistes radicaux shebab combattent les troupes gouvernementales et celles de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom).

Au Yémen, les forces progouvernementales, soutenues par une coalition militaire arabe menée par le régime saoudien, bombardent depuis plus de quatre mois le Yémen.

Le conflit a entraîné depuis mars la fuite de près de 10.000 Yéménites vers Djibouti, selon les Nations unies. Dans le même temps, des milliers de candidats à l’immigration clandestine, en provenance notamment d’Ethiopie ou d’Erythrée traversent le golfe d’Aden dans le sens inverse, dans l’espoir de gagner l’Europe.

Selon les chiffres onusiens du mois dernier, plus de 10.000 migrants ont accosté au Yémen depuis mars et le début de la campagne aérienne lancée par la coalition de pays arabes.