Et les Chrétiens d’Orient ?

Et les Chrétiens d’Orient ?

Et les Chrétiens d’Orient ?

Depuis l’invasion américaine de 2003, la situation n’a cessé de se dégrader pour les chrétiens dans ce pays.

Rappelons que Mossoul est quand même – avec Damas et Antioche – la plus ancienne ville chrétienne du monde.

Ainsi les chrétiens d’Orient sont chassés de leurs propres terres. L’Irak et la Syrie, berceau du christianisme, deviennent leurs tombeaux.

En Irak c’est plus des deux tiers des 1,5 million de chrétiens ont choisi l’exil… c’était la valise ou le cercueil.

En effet, ceux qu’on nomme pudiquement les “rebelles” marquent les maisons des chrétiens par la lettre “nûn”, initiale de “nassara” (terme péjoratif pour désigner les Chrétiens en arabe).

Personne n’en a parlé, mais l’Etat Islamique avait également lancé un ultimatum à la communauté chrétienne de Mossoul. Elle avait le choix de se convertir à l’Islam ou se mettre à payer le jyziah, « l’impôt des mécréants » (qui s’élève à 300 $ par an), s’enrôler dans l’armée du califat et donner ses filles en mariage à des musulmans. Sinon, ajoutait l’ultimatum, « il n’y aura que l’épée »…

De plus, et montrant bien la volonté d’éradication de toute trace chrétienne en Orient, la cathédrale syriaque de Mossoul commence à être transformée en mosquée, le couvent des dominicains, créé au XIXème siècle par des pères français, a été envahi et saccagé. De même que l’antique monastère de Mar Behnam & Sarah; ce monastère abritait des manuscrits inestimables… Nous parlons donc de la destruction d’un patrimoine millénaire.

Et ceci n’est pas une nouveauté. Selon l’agence assyrienne AINA, en 10 ans, depuis l’invasion américaine : 118 églises d’Irak ont été détruites.

Les églises chrétiennes, mais également les mausolées des musulmans chiites et alaouites, les mosquées soufies, ainsi que les temples yêzedis sont détruites un à un et dans l’indifférence générale, à coups de pelleteuses, d’obus, et de bombe.

Dernier épisode macabre de cette série noire, les larmes de colère et désespoir d’une députée Yêzidie au Parlement irakien face au génocide que vit sa communauté.

Le yézidisme est une religion monothéiste qui plonge ses racines dans la Perse ancienne, et qui est dérivée du Zoroastrisme.
Les Yézidis parlent un dialecte kurde (le kurmandji), ils étaient près de 750’000 en Irak avant l’invasion américaine. Ils font probablement face à leur extinction totale et définitive.

Comme l’a souligné très brillamment le journaliste suisse Xavier Colin :

« Au moment où le patriarche catholique melkite Grégoire III Laham, lors d’une messe pleine d’émotion dans le vieux Damas, déclare: « Je dis aux jeunes, restez ici. Restons tous en Syrie, ensemble, chrétiens et musulmans », il appartient à l’Occident d’ouvrir les yeux:
– Ce n’est pas parce qu’ils sont minoritaires que l’on doit oublier les chrétiens d’Orient.
– Ce n’est pas parce qu’ils ont des patronymes et des dénominations compliqués que l’on ne doit pas faire l’effort de les comprendre.
– Ce n’est pas parce qu’ils sont réduits au silence que l’on ne doit pas les écouter.

Dans deux ou trois décennies, à l’issue de deux millénaires de présence, faudra-t-il se résoudre à ce triste constat: il n’y aura plus de chrétiens d’Orient en Orient? »

Notre silence est un crime!

Write a Comment

Only registered users can comment.