Journal d’une jeune migrante: la vie dans le camp de réfugiés de Moria

Journal d’une jeune migrante: la vie dans le camp de réfugiés de Moria

Ouvert depuis le 16 octobre, le « Hot Spot » de Moria à Lesbos est le premier centre d’enregistrement des réfugiés en Grèce. Ce centre permet aux migrants de recevoir un papier comportant leur nom, leur origine et leurs empreintes digitales. Les « Hot Spots » existaient déjà à Moria et à Kara Tepe – l’autre centre d’enregistrement de l’île grecque –, mais c’est un centre de tri qui est venu s’y ajouter, permettant de répertorier, d’un côté, les réfugiés politiques venus demander l’asile et, de l’autre, les migrants économiques.

L’enregistrement se fait assez rapidement puisque « un jour suffit pour effectuer les démarches », explique Anna Panou, psychologue pour Médecins du monde dans le camp. Après leur arrivée, les migrants font la queue afin d’obtenir un numéro, puis attendent de nouveau pour obtenir leurs papiers. Selon le HCR (Haut-Commissariat pour les réfugiés), près de 20 000 migrants étaient présents à Lesbos au mois de septembre.

Il y a plusieurs ONG et associations présentes sur place pour fournir des médicaments, de la nourriture et des habits. Sahar, réfugiée afghane, témoigne de leur soutien mais reste dubitative : «Ils sont gentils et à disposition des migrants, mais ils ne donnent pas suffisamment à manger… En tout cas, c’est mieux que rien.» (…)

Lire la suite sur LePoint.fr