Kobané, une ville assiégée…

Kobané, une ville assiégée…

Le front anti-islamique a bombardé mardi matin les positions djihadistes au sud-ouest de la ville syrienne, partiellement tombée la veille entre leurs mains.

Après la prise de la ville syrienne de Kobané par les djihadistes de Daech lundi, la coalition menée par les Etas-Unis arrive à la rescousse. Une journaliste de l’AFP positionnée à la frontière turque toute proche rapporte que les avions de la coalition ont frappé des positions tenues par Daech dans le sud-ouest de la ville.
Les batailles de rue se poursuivent malgré tout dans la ville. Les djihadistes «ont d’abord pris lundi trois quartiers de l’est avant d’étendre mardi les combats au sud et à l’ouest, face à des combattants kurdes moins nombreux et moins bien armés qu’eux. En quelques heures lundi, la cité industrielle, Maqtala al-Jadida et Kani Arabane, dans l’est de Kobané étaient tombés aux mains de Daech.
Les avions de la coalition dirigée par les Etats-Unis ont de nouveau frappé mardi matin des positions tenues par Daech dans le sud-ouest de Kobané. Un militant contacté par l’AFP, Mustafa Ebdi, a confirmé que des avions de coalition avaient frappé dans la nuit des positions djihadistes. Mais, a-t-il souligné, ces bombardements ont eu peu d’impact sur l’avancée des islamistes, qui ont planté les drapeaux noirs de Daech à une centaine de mètres à l’est et au sud-est de Kobané.

S’ils conquièrent totalement Kobané, les djihadistes s’assureront du contrôle sans discontinuité d’une longue bande de territoire à la frontière syro-turque. En face, les Kurdes ont mobilisé les combattants de l’YPG, mais ceux-ci sont moins nombreux et moins bien armés que les djihadistes, équipés notamment de chars. Signe du désespoir des forces kurdes, dimanche, une combattante de 20 ans a mené un attentat suicide contre une position de Daech à l’est de la ville, provoquant la mort de «dizaines» de djihadistes, selon des sources kurdes. Il s’agit de la première kamikaze kurde recensée depuis le début des violences en Syrie en mars 2011. «Si nécessaire, tous les combattants des YPG suivront son exemple», a averti son mouvement.
La coalition américano-arabe, qui a débuté des raids en Syrie le 23 septembre, n’a mené qu’un nombre limité de frappes dans le secteur, ne permettant pas d’arrêter l’avancée de Daech. Les raids «sont insuffisants pour battre les terroristes au sol», a déploré un responsable kurde, Idris Nahsen, réclamant «des armes et des munitions». L’offensive de Daech dans la région a déjà fait des centaines de morts dans les deux camps depuis le 16 septembre et poussé à la fuite quelque 300.000 habitants, dont 180.000 ont trouvé refuge en Turquie.

AFP

Write a Comment

Only registered users can comment.