L’ADH condamne fermement les attaques meurtrières et systématiques de l’armée Birmane contre des manifestants pacifiques

L’ADH condamne fermement les attaques meurtrières et systématiques de l’armée Birmane contre des manifestants pacifiques

L’ONU a lancé ce dimanche un avertissement concernant un risque accru d’atrocités au Myanmar, après une nouvelle journée de répression sanglante par l’armée birmane.

Samedi a été le jour le plus sanglant depuis le début des manifestations contre le coup d’État. Les forces de sécurité ont tué au moins 107 personnes et des centaines d’autres personnes ont été blessées et détenues au cours d’attaques apparemment coordonnées dans plus de 40 localités à travers le pays.

Cette situation met également en danger les minorités ethniques et religieuses déjà vulnérables du Myanmar, y compris les Rohingyas. Cette population a longtemps souffert d’horribles violences aux mains de l’armée birmane en toute impunité, comme le montre la Mission indépendante d’établissement des faits sur le Myanmar créée par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

L’Agence pour les droits de l’Homme appelle l’armée birmane à cesser immédiatement de tuer les personnes qu’elle a le devoir de servir et de protéger. L’ADH condamne fermement les attaques meurtrières et systématiques de l’armée contre des manifestants pacifiques, ainsi que d’autres violations graves des droits de l’homme.

La Birmanie, le plus vaste État de l’Asie du Sud-Est continentale, a connu depuis 1962 une série de dictatures militaires.