L’Agence pour les Droits de l’Homme condamne des attaques perpétrées contre les populations civiles au Mali

L’Agence pour les Droits de l’Homme condamne des attaques perpétrées contre les populations civiles au Mali
Selon l’ONU au cours des attaques perpétrées contre des civils le 8 août dans la région de Gao au Mali, au moins cinquante civils auraient été tués et plusieurs blessés.

L’Agence pour les Droits de l’Homme dénonce les attaques barbares perpétrées par des éléments d’un groupe armé non identifié dans la commune de Ouatagouna, ainsi que dans les localités de Dirgua, Deouteguef et Karou. Ces attaques délibérées contre les populations civiles constituent de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire étant susceptibles d’être qualifiées de crime contre l’humanité.

Selon l’ONU au cours des attaques perpétrées contre des civils le 8 août dans la région de Gao au Mali, au moins cinquante civils auraient été tués et plusieurs blessés.

Pour l’expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Mali, Alioune Tinela, violence se répand si rapidement au Mali qu’elle met en péril la survie même de l’État. Les viols collectifs et autres violences à l’encontre des femmes sont en augmentation. Les enlèvements sont également en hausse spectaculaire. Au cours des seuls six premiers mois de cette année, l’opération de maintien de la paix des Nations Unies, la MINUSMA a documenté 435 enlèvements – cinq fois plus que pour toute l’année 2019.