Le régime de Bahreïn retire la nationalité de 72 citoyens

Le régime de Bahreïn retire la nationalité de 72 citoyens

Selon l’agence officielle BNA, le régime de Bahreïn a annoncé samedi avoir retiré leur nationalité à 72 citoyens qui “ont nui aux intérêts du royaume”, théâtre depuis 2011 de troubles animés par la majorité chiite qui réclame une monarchie constitutionnelle.

Selon l’agence, cette décision, qui a fait l’objet d’un décret, s’inscrit dans le cadre des mesures prises pour “préserver la sécurité et la stabilité et lutter contre les dangers et les menaces terroristes”.

Le principal groupe de l’opposition chiite, Al-Wefaq, a dénoncé le retrait de la nationalité, devenue “une arme” que le régime utilise pour “punir les opposants”.

“La plupart de ceux qui ont été déchus de leur nationalité samedi sont des opposants en exil”, a ajouté le Wefaq dans un communiqué, estimant à une cinquantaine le nombre de ces opposants qui militent pour “une transition démocratique à Bahreïn”.

En 2012, les autorités de Bahreïn avaient déjà déchu de leur nationalité 31 chiites pour “atteinte à la sûreté de l’Etat”, sans décision de justice.

Petit pays dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, Bahreïn –qui abrite la Ve Flotte américaine– est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle.