Les ravages de l’héroïne sur les enfants de Karachi

Les ravages de l’héroïne sur les enfants de Karachi

Afghanistan est le premier producteur mondial d’héroïne et près de la moitié de la production transite par l’immense complexe portuaire de Karachi (Pakistan), avant d’être exportée clandestinement en Europe ou en Asie. France Ô diffuse, mercredi 25 mars, à 22h25, dans “Investigatiôns”, un documentaire réalisé par Véronique Mauduy et Eric de Lavarène, “Invisibles au pays des purs”, consacré aux ravages de l’héroïne, dans la République islamique du Pakistan, où règne la charia.

Abondante et moins chère qu’un morceau de pain, l’héroïne constitue un véritable fléau qui n’épargne personne. A Karachi, un enfant sur quatre est concerné par la drogue, des adolescents se shootent au grand jour, et la plupart d’entre eux n’atteint pas l’âge adulte.

“On se sent puissant et fort”
Moeen, 16 ans, vit dans la rue depuis deux ans. Un ami l’a initié à la drogue. Il en consomme dix ou douze fois par jour, et aujourd’hui, il est accroc.

Pour ce gamin qui vit dans la plus grande précarité, c’est la seule échappatoire pour survivre à la violence de la rue. “Quand on consomme de la drogue, on se sent puissant et fort. On peut tout affronter”, explique Moeen.

Francetv info