L’OMS publie ses premières lignes directrices sur le traitement de l’hépatite B- Mars 2015

L’OMS publie ses premières lignes directrices sur le traitement de l’hépatite B- Mars 2015

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié aujourd’hui ses premières orientations sur le traitement de l’hépatite B chronique, une infection virale qui se transmet par le sang et les liquides biologiques, attaque le foie et provoque selon les estimations 650 000 décès par an, pour la plupart dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Dans le monde, quelque 240 millions de personnes ont une infection chronique par le virus de l’hépatite B, avec les taux les plus élevés en Afrique et en Asie. Elles courent un risque accru de mourir de cirrhose ou de cancer du foie.

Il existe des médicaments efficaces pour éviter aux porteurs du virus de développer ces affections et leur permettre de vivre plus longtemps. Mais la plupart de ceux qui ont besoin de ces médicaments ne peuvent pas y avoir accès ou ne peuvent obtenir qu’un traitement de qualité inférieure. L’une des raisons en est l’absence d’orientations claires, fondées sur des bases factuelles et destinées aux pays (en particulier à revenu faible ou intermédiaire) pour savoir qui traiter et quels médicaments utiliser.

«Un certain nombre de facteurs doivent être pris en compte pour déterminer ceux qui ont besoin du traitement contre l’hépatite B», explique le Dr Stefan Wiktor, qui dirige à l’OMS le Programme mondial de lutte contre l’hépatite. «Ces nouvelles lignes directrices, qui donnent des recommandations thérapeutiques basées sur des tests simples et peu coûteux, aideront les cliniciens à prendre les bonnes décisions.»

Les lignes directrices de l’OMS [ WHO guidelines for the prevention, care and treatment of persons living with chronic hepatitis B infection] présentent une approche simplifiée pour soigner les sujets porteurs d’une hépatite B chronique, en particulier en situation de ressources limitées.

Elles couvrent tout l’éventail des soins, depuis la détermination de ceux qui ont besoin du traitement au suivi sur le long terme, en passant par les médicaments à employer…
Lire la suite sur  www.who.int