Nigeria: Amnesty accuse l’armée d’avoir massacré des chiites

Nigeria: Amnesty accuse l’armée d’avoir massacré des chiites

Amnesty International accuse dans un rapport publié vendredi, l’armée nigériane d’avoir tiré délibérément sur 350 musulmans d’une minorité chiite, avant d’enterrer leurs corps dans des fosses communes et de détruire les preuves de ce carnage.

Les 12 et 13 décembre, des affrontements s’étaient produits à Zaria, fief du Mouvement islamique du Nigeria (IMN) dans l’Etat de Kaduna, au nord du Nigeria. Selon le groupe de défense des droits de l’Homme, l’armée a agi “illégalement” à Zaria en tirant “à l’aveugle” sur des civils désarmés.

Dans son rapport intitulé “Révélons la vérité sur les assassinats illégaux et la dissimulation de masse à Zaria”, Amnesty juge sans fondement les allégations de l’armée selon lesquelles les partisans de l’IMN auraient tenté d’assassiner le général, une accusation formellement démentie par le groupe chiite.

Le chef de l’IMN, Ibrahim Zakzaky, et sa femme sont incarcérés à Zaria depuis les faits. L’armée, qui a souvent été accusée d’abus à l’encontre des civils dans sa lutte contre l’insurrection sunnite Boko Haram, maintient que ses troupes ont réagi à Zaria de manière appropriée (…)
Amnesty.org