Situation humanitaire de Yémen se dégrade et les secours toujours bloqués

Situation humanitaire de Yémen se dégrade et les secours toujours bloqués

De nouveaux combats dans le sud du Yémen ont fait plus de 110 morts, alors que la Croix-Rouge était toujours dans l’impossibilité d’acheminer une aide humanitaire.

Au douzième jour de l’opération d’une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite, les combats se sont concentrés dans le sud où au moins 114 personnes ont été tuées, dont 53 à Aden, deuxième ville du pays, selon un bilan obtenu de différentes sources.

La situation humanitaire empire d’heure en heure dans le pays où les hôpitaux, faute de médicaments, ne peuvent plus soigner les blessés qui se comptent par centaines.

Mais aucune aide n’arrive de l’extérieur. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a fait état lundi de “problèmes logistiques” pour acheminer son aide.

Quelque 48 tonnes de médicaments et de kits chirurgicaux attendent le feu vert pour partir par avion ou par bateau, selon le CICR, prêt aussi à expédier des tentes, des générateurs et des équipements pour réparer les réseaux d’approvisionnement en eau endommagés.

La situation est particulièrement grave à Aden, la grande ville portuaire du sud. Les affrontements se sont soldés depuis dimanche par la mort de 17 civils et de 10 combattants des comités populaires.

La Jordanie, membre de la coalition, a annoncé lundi avoir évacué, via l’Arabie saoudite, 130 de ses ressortissants du Yémen, portant à 287 le nombre de Jordaniens évacués de ce pays.

Selon un photographe de l’AFP, trois avions indiens et un quatrième russe ont atterri lundi à Sanaa pour des opérations d’évacuation.

La France a par ailleurs évacué par mer, avec un navire dans le port de Balhaf (est), 63 nouveaux ressortissants de différentes nationalités, dont 23 Français, vers Djibouti, a-t-on appris lundi de source officielle.