Yémen: la guerre coûte 14 milliards de dommages et de pertes économiques

Yémen: la guerre coûte 14 milliards de dommages et de pertes économiques

Un rapport indique que la guerre du Yémen a coûté plus de 14 milliards $ de dommages aux infrastructures économiques.

«Le conflit a jusqu’ici entraîné des coûts des dommages (encore partielles et incomplètes) de près de 7 milliards $ et des pertes économiques de plus de 7,3 milliards $ par rapport à la production et la prestation des services,” a cité Reuters d’après le rapport conjoint préparé par le Banque mondiale, l’Organisation des Nations Unies, la Banque islamique de développement et l’Union Européenne.

Le rapport d’évaluation des dommages et des besoins préliminaire est un document de travail interne qui n’est pas rendu public. L’évaluation a été réalisée entre fin 2015 et le début de cette année.

Selon le rapport, le système de santé publique dans la troisième plus grande ville du Yémen, Taizz, qui a été régulièrement sous les bombardements du régime saoudien, est presque effondré. La moitié des hôpitaux publics de ce pays sont endommagés ou inaccessibles.

“Il y a eu une augmentation de la morbidité et de la mortalité civile comme une conséquence indirecte du conflit», selon le rapport. (…)

Arabie Saoudite a lancé une campagne militaire contre son voisin du Sud en Mars 2015. L’objectif de la coalition arabe était de de saper le mouvement Ansarullah et de rétablir Abd Rabo Mansour Hadi, le président fugitif du Yémen qui cherche maintenant à reprendre le pouvoir.

Près de 10.000 Yéménites, en majorité des civils, ont été tués dans l’agression saoudienne.

Mardi, l’Organisation des Nations Unies a exprimé sa préoccupation au sujet des agressions aériennes de l’Arabie Saoudute contre le Yémen après que le régime a bombardé un hôpital dans la province du nord-ouest du pauvre pays, Hajjah.

Selon l’ONU, le conflit au Yémen a endommagé ou détruit plus de 70 centres de santé, y compris les trois établissements soutenus par l’organisation, Médecins Sans Frontières.